L’hypersensibilité et le confinement: des émotions contradictoires

Le confinement a accentué mes emotions. Le monde autour de nous s’est mis en pause alors j’observe davantage ce que je ressens. Cette hypersensibilité, j’ai appris à vivre avec, depuis le jour où le mot a été posé. J’ai compris qu’il fallait accepter et se servir de ces émotions comme une force.

Pendant cette période si spéciale, je suis allée un peu plus loin, utilisant des clefs pour comprendre ce bouillonement interne.

Le début du confinement:

Ce confinement qui a commencé par le faire du bien. J’ai été rassurée, je pouvais prendre le temps. J’avais une raison pour rester dans mon cocon. Je venais à peine de reprendre le travail après mon congé maternité.
De plus, je profites de mon mari et de mon petit bonhomme de 7 mois que je vois évoluer avec bonheur. L’exterieur pouvait donc attendre encore un peu sans culpabiliser.

Photo pixabay.com

J’ai adapté ma routine sportive avec des séances à la maison et une séance de course à pied à l’exterieur par semaine.
D’ailleurs, je ne sortais pratiquement qu’à ces moments là. Notre petit bonhomme sortait avec son père.

Notre Home sweet home

Puis est venu le moment où le manque des proches mais surtout l’impossibilité de voyager pour les voir a rendu tout cela plus difficile.

Je ressens alors depuis peu des sentiments qui s’entrechoquent. À la fois contente d’être chez moi mais prisonnière de cet endroit aussi. Ma famille, mes amis que j’ai envie de voir…

La fin approche de ce confinement stricte mais l’inconnu nous y attend aussi. Je reste persuadée que ce n’est pas un retour à la vie d’avant. Quel équilibre va-t-on trouver?

Il y a quelques jours j’ai décidé de dire stop. Je peux aussi contrôler ce qui se passe en moi ou m’apaiser.

La mise en place de stratagèmes pour retrouver plus de sérénité.

Je veux profiter de la situation. Oui, cette pause ne reviendra pas. Mes proches sont en bonne santé, c’est ce qui compte.

Je ralentis et mise sur le repos…Paradoxalement, vu que je travaille à plein temps, la semaine est intense et le week-end je prévois beaucoup (trop) de choses. Je mets alors trop de pression sur ces deux jours.

Comment j’essaie de calmer ce bouillonnement intérieur:

1. le repos en priorité.

Les nuits sont courtes avec bébé qui ne fait pas ses nuits. Alors je m’impose des siestes le weekend.

J’ai tendance à vouloir faire 50 choses des que le week-end arrive mais ne fais rien si je suis fatiguée soyons réaliste.

2. Je retourne à la respiration profonde pour calmer l’esprit même sur 1 min à la fois.

Ma montre connectée m’envoie des notifications alors je l’écoute au moins une fois par jour

3. Réduire mon temps sur mon téléphone.

Je profite de ces instants où j’aurais scroller les réseaux sociaux pour faire m’attaquer à ma très grande liste de tâches 😉 disons au mois une.

4. Je mets à profit ces moments de réflexions aussi pour créer des opportunités.

Par exemple j’écris cet article sur mon téléphone. C’était un de mes objectifs 2020 alors on y va !

Et après ?

On verra bien. Ces habitudes, j’essayerai de les maintenir par la suite. Ils sont après tout adapté à toutes période de vie 

Et vous le confinement ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :